Comme je l’ai déjà expliqué ici et , le lancement de http://www.je-suis-nul-en-informatique.fr est délicat car il a la prétention de créer un marché en mettant en relation deux populations qui n’ont rien à avoir l’une avec l’autre.

Après avoir eu quelques surprises sur l’adhésion immédiate des As et celle beaucoup moins immédiate dans les faits des Nuls, j’ai fait les constats suivants.

Les Nuls répondent vraiment positivement au service, à son nom, à son message et à son fonctionnement. Pas un jour sans que je reçoive un mail de félicitations, teinté de « je connais plein de gens à qui ça va servir » ou « c’est exactement ce qu’il me fallait ».

Cependant, les inscriptions de comptes Nuls sont vraiment très réduite, voire inexistantes au regard des statistiques de visites.
Ainsi donc, j’ai d’un côté des statistiques qui s’envolent régulièrement pendant un jour ou deux en fonction des réseaux sur lesquels le lien a été diffusé spontanément, ce qui ne laisse aucun doute sur la viralité organique importante de #JSNEI. Et d’autre part, malgré les dispositifs que j’ai mis en place pour « forcer » les Nuls a créer un compte - notamment pour voir le numéro de téléphone des As - les inscriptions des Nuls se font attendre.
En effet, tout convaincus qu’ils puissent être de l’intérêt du site, les Nuls n’ont pas forcément un problème à résoudre maintenant, et tout le marketing du monde ne peut pas faire apparaitre des problèmes informatiques chez les gens.

Me voici donc à piaffer début avril, et à me dire qu’il va falloir lancer une campagne adwords agressive sur des mots clé du genre « dépannage informatique » afin de créer un traffic plus qualifié sur le site - c’est à dire tout aussi qualifié que les autres, mais qui a un problème à résoudre maintenant tout de suite. J’ai fait quelques essais, et vu le % de conversion de ces annonces, je suis resté mitigé sur le succès de ces essais. 

Et je me suis dit : « finalement, si la viralité du service est importante naturellement pour les gens qui découvre le site, pourquoi les journalistes ne s’enthousiasmeraient-ils pas autant pour #JSNEI ? » 

Je suis donc entré en relation avec The Messengers - une société qui porte le même nom que le groupe d’Art Blakey ne peut pas être complètement mauvaise - et la rédaction/diffusion/relance d’un communiqué de presse à destination d’une sélection de média est en cours. 

Je vous donnerai les premiers retours dans le bilan de mai. Avec un peu de chance, vous en aurez entendu parlé dans la presse avant.
A suivre.


Identités vérifiées, 20€/h payable en fin d'intervention.

Ou appelez-nous au 0 891 690 177

Laisser un commentaire